Marc Snir, dernière répétition avant l'ère post-Moore


Le 13 octobre 2011

L’évolution rapide de la technologie du silicium qui a régi l‘industrie informatique ces dernières décennies, conformément à la loi de Moore, touche à sa fin. Il n’est pas certain que des technologies alternatives soient disponibles à temps. Pendant des décennies, l’industrie informatique a été confrontée à la problématique de l’abondance : trouver de nouveaux moyens d’utiliser (ou gâcher) les performances croissantes des ordinateurs. D’ici ou une deux décennies, la problématique de la rareté devrait émerger : comment réaliser davantage de calculs à partir d’un budget énergétique fixe et d’un budget en transistor fixe. Les efforts actuels en matière de conception et de construction de systèmes exascale sont déjà confrontés à ce problème. Un tel changement appelle un changement significatif en matière de recherche informatique. Cette intervention abordera les prémisses de ce changement et exposera dans les grandes lignes les problèmes de recherche qui en découlent.

 

Téléchargez la présentation de Marc Snir

 
√ Bio
: Marc Snir est le professeur de Michael Faiman et Saburo Muroga au Département d’informatique de l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign. Il est  également directeur associé de l’Extreme Scale Computing (« informatique à échelle extrême »)au NCSA, et co-chercheur principal du système intensif Blue Waters.

Jusqu’en 2001, il fut gestionnaire principal au T. J. Watson Research Center d’IBM  où il dirigea le groupe de recherche Systèmes évolutifs parallèles qui apporta une importante contribution au système parallèle évolutif SP d’IBM et au système Blue Gene d’IBM.

Il est l’un des principaux concepteurs de la MPI. Il a écrit un grand nombre d’articles et donné de nombreuses conférences sur la complexité informatique, les algorithmes et architectures parallèles, les réseaux d’interconnexion ainsi que les langues, bibliothèques et environnements de programmation parallèles.

Membre de l’AAAS, de l’ACM et de l’IEEE, titulaire du numéro Erdos 2, il est également descendant mathématique de Jacques Salomon Hadamard.

 

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.